• -1,14 €

NAS VIVINDUO FEVER CONG * 10BS

044921029
12 Produits
Caractéristiques:


Indiqué en cas de fièvre et de rhume.


Indiqué en cas de congestion nasale, rhinite et sinusite.


Médicament en vente libre déductible.


Action analgésique, antipyrétique et décongestionnante.


















info_outline Plus d'informations
Final Price 7,76
Prix ​​habituel 8,90 €
Économisez 1,14 €
48h
check_circle OK
Quantité

 

Paiements pratiques et sûrs

 

Expédition sous 48h. GRATUIT en Italie à partir de 39,90 €

 

Retours rapides et 14 jours pour reconsidérer

 

90 ans d'expérience pharmaceutique à votre service

Note Totale Note Totale:

0 1 2 3 4
0/5 - 0 Avis

Voir les notes
0 1 2 3 4 0
0 1 2 3 0 0
0 1 2 0 1 0
0 1 0 1 2 0
0 0 1 2 3 0

  Ajouter un Avis Voir les Avis Voir les Avis
Pinterest


<b>15</b> Acquistando questo prodotto accumulerai 20 punti con il nostro programma fedeltà. Puoi convertire 20 punti nel tuo account in un buono per un acquisto futuro.

044921029
12 Produits

NAS VIVINDUO FEVER CONG * 10BS

Indications thérapeutiques

Traitement des symptômes du rhume et de la grippe.

Dosage et mode d'utilisation

Dosage: Adultes et enfants de plus de 12 ans: 2 à 3 sachets par jour, dissous dans un verre d'eau. Enfants: déconseillé aux enfants de moins de 12 ans (voir rubrique 4.3). Utilisez la dose efficace la plus faible. Autrement dit, commencez le traitement à la dose minimale prescrite, en augmentant la dose uniquement si les symptômes ne sont pas suffisamment contrôlés. La dose maximale (à la fois pour une administration unique et pour la dose quotidienne totale) ne doit jamais être dépassée. Chez les adolescents, les personnes âgées ou chez les sujets présentant une insuffisance hépatique ou rénale, il peut être nécessaire de réduire la posologie en fonction de l'état clinique du patient; dans ces cas, il doit être conseillé au patient de consulter son médecin avant d'utiliser VIVINDUO FEVER AND NASAL CONGESTION. Le médicament doit être utilisé: maximum 5 jours de traitement pour la population adulte; 3 jours maximum de traitement pour la population pédiatrique (12-18 ans). Mode d'administration: Dissoudre les granulés dans un verre d'eau et boire immédiatement la solution obtenue. De l'eau chaude peut également être utilisée.

Contre-indications

- Hypersensibilité aux substances actives ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1. - La grossesse et l'allaitement. - Enfants de moins de 12 ans. - Patients présentant une insuffisance manifeste en glucose-6-phosphate déshydrogénase. - Les personnes souffrant d'une forme sévère des maladies suivantes: • maladie coronarienne (angor, crise cardiaque antérieure); • hypertension; • arythmies; • insuffisance hépatique; • insuffisance rénale; • hyperthyroïdie; • asthme; • Diabète; • troubles de la miction dus à une hypertrophie prostatique ou à d'autres pathologies; • glaucome; • anémie hémolytique. Sujets traités par dihydroergotamine ou inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) ou ayant arrêté ce traitement depuis moins de deux semaines (voir rubrique 4.5).

Effets secondaires

Effets indésirables dus au paracétamol. - Troubles du système sanguin et lymphatique: thrombocytopénie, neutropénie, leucopénie; agranulocytose, anémie hémolytique chez les patients présentant un déficit basique en glucose-6-phosphate déshydrogénase. - Troubles du système nerveux: vertiges. - Troubles du système immunitaire: réactions d'hypersensibilité telles que œdème de Quincke, œdème du larynx, choc anaphylactique. - Troubles cardiaques: Syndrome de Kounis. - Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux: bronchospasme, pneumonie. - Problèmes gastro-intestinaux: saignements gastro-intestinaux; réactions gastro-intestinales. - Troubles rénaux et urinaires: néphrotoxicité; modifications du rein (insuffisance rénale aiguë, néphrite interstitielle, hématurie, anurie). - Troubles de la peau et du tissu sous-cutané: érythème, urticaire, éruption cutanée, éruption médicamenteuse fixe. De très rares cas de réactions cutanées sévères telles que érythème polymorphe, nécrolyse épidermique toxique (TNE), syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et pustulose exanthématique aiguë généralisée ont été rapportés (voir rubrique 4.4). - Troubles hépatobiliaires: hépatotoxicité; altération de la fonction hépatique et hépatite; hépatite cytolytique pouvant entraîner une insuffisance hépatique aiguë. En cas de surdosage, le paracétamol peut provoquer une cytolyse hépatique qui peut évoluer vers une nécrose massive et irréversible. Effets indésirables dus à la pseudoéphédrine. - Troubles cardiaques: infarctus du myocarde, fibrillation auriculaire, tachyarythmie, hypertension, hypotension, extrasystoles ventriculaires, douleurs précordiales, palpitations. - Troubles du système nerveux: convulsions, insomnie, tremblements, ataxie, étourdissements, maux de tête. - Troubles oculaires: mydriase, neuropathie optique ischémique (fréquence indéterminée) - Problèmes gastro-intestinaux: colite ischémique, modifications du goût, nausées, vomissements, sécheresse de la bouche. - Troubles de la peau et du tissu sous-cutané: eczéma, érythème fixe, pseudo-scarlatine. - Troubles du métabolisme et de la nutrition: hyperthermie, soif, transpiration. - Troubles psychiatriques: anxiété, agitation, nervosité, irritabilité, confusion, hallucinations. - Difficulté à uriner. Une rétention urinaire peut survenir chez les patients présentant une hypertrophie prostatique. Déclaration des effets indésirables suspectés. La déclaration des effets indésirables suspectés survenant après l'autorisation du médicament est importante, car elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système national de notification à l'adresse https://www.aifa.gov.it/content/segnalazioni-reazioni-avverse.

Mises en garde spéciales

Pendant le traitement par paracétamol, avant de prendre tout autre médicament, vérifiez qu'il ne contient pas le même ingrédient actif, car des effets indésirables graves peuvent survenir si le paracétamol est pris à fortes doses. Ce médicament doit être utilisé correctement, en respectant les instructions d'utilisation et notamment la posologie autorisée. Une hépatotoxicité avec le paracétamol peut survenir même à des doses thérapeutiques, après un traitement de courte durée et chez des patients sans dysfonctionnement hépatique préexistant (voir rubrique 4.8). La prudence est recommandée chez les patients ayant des antécédents de sensibilité à l'aspirine et / ou aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Le risque d'effets secondaires graves est également accru lorsque le paracétamol est pris en association avec d'autres analgésiques antipyrétiques; l'utilisation simultanée de ce type de médicament doit donc être évitée. Ce médicament peut provoquer des effets indésirables même graves (voir rubrique 4.8); il doit être conseillé au patient d'arrêter le médicament et de consulter immédiatement un médecin si un effet indésirable grave est suspecté. Réactions cutanées graves: des réactions potentiellement mortelles telles que le syndrome de Stevens-Johnson (SSJ), une nécrolyse épidermique toxique (NET) et une pustulose exanthématique aiguë généralisée ont été rapportées avec l'utilisation de paracétamol. Les patients doivent être informés des signes et symptômes et surveillés de près pour les réactions cutanées. Si des symptômes ou des signes de syndrome de Stevens-Johnson, de nécrolyse épidermique toxique ou de pustulose exanthématique aiguë généralisée (par exemple, éruption cutanée progressive associée à des cloques ou des lésions muqueuses) apparaissent, le patient doit immédiatement interrompre le traitement par paracétamol et consulter un médecin. L'utilisation du médicament nécessite une évaluation minutieuse du rapport bénéfice / risque chez les personnes âgées et chez les sujets souffrant d'une forme légère / modérée des maladies suivantes: - maladie coronarienne (angor, crise cardiaque antérieure); - hypertension; - arythmies; - insuffisance hépatique; - insuffisance rénale; - hyperthyroïdie; - l'asthme; - Diabète; - troubles de la miction causés par l'hypertrophie prostatique ou d'autres pathologies; - glaucome; - anémie hémolytique; - un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase. Les patients prenant du paracétamol doivent éviter de consommer des boissons alcoolisées car l'alcool augmente le risque de lésions hépatiques. Les gros consommateurs de boissons alcoolisées doivent consulter leur médecin avant de prendre un médicament contenant du paracétamol. Pendant l'utilisation de VIVINDUO FEVER ET DE LA CONGESTION NASALE, il est nécessaire d'éviter de boire du jus d'orange amère (voir rubrique 4.5). Pendant le traitement avec des anticoagulants oraux, l'administration de paracétamol peut augmenter l'effet des anticoagulants, ce qui oblige à surveiller de plus près le traitement anticoagulant; en outre, des interactions potentiellement nocives sont également possibles avec plusieurs autres médicaments (voir rubrique 4.5). Dans ces cas, VIVINDUO FEVER AND NASAL CONGESTION ne peut être utilisé que sous stricte surveillance médicale. Le patient doit être averti de la nécessité de consulter le médecin s'il est déjà traité avec d'autres médicaments. Neuropathie optique ischémiqueDes cas de neuropathie optique ischémique ont été rapportés avec la pseudoéphédrine. La pseudoéphédrine doit être interrompue en cas de perte soudaine de la vision ou de diminution de l'acuité visuelle, par exemple en cas de scotome. Informations importantes sur certains des excipients. Ce médicament contient: Sorbitol: les patients présentant des problèmes héréditaires rares d'intolérance au fructose ne doivent pas prendre ce médicament. Saccharose: Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d'intolérance au fructose, de malabsorption du glucose-galactose ou d'insuffisance en sucrase isomaltase ne doivent pas prendre ce médicament.

La grossesse et l'allaitement

VIVINDUO FEVER AND NASAL CONGESTION est contre-indiqué pendant la grossesse, établie ou suspectée, et pendant l'allaitement.

Expiration et conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

Interactions avec d'autres médicaments

Interactions liées au paracétamol : A utiliser avec une extrême prudence et sous surveillance stricte lors d'un traitement chronique avec des médicaments pouvant conduire à l'induction de monooxygénases hépatiques ou en cas d'exposition à des substances pouvant avoir cet effet (par exemple la cimétidine et la ranitidine). Le risque de toxicité du paracétamol peut être augmenté chez les patients prenant d'autres médicaments potentiellement hépatotoxiques ou des médicaments induisant des enzymes microsomales hépatiques, tels que certains antiépileptiques (tels que le glutéthymide, le phénobarbital, la phénytoïne, la carbamazépine, le topiramate), la rifampicine et l'alcool. L'administration de paracétamol peut interférer avec la détermination de l'uricémie (par la méthode de l'acide phosphotungstique) et avec celle de la glycémie (par la méthode de la glucose-oxydase-peroxydase). Anticoagulants: Le paracétamol peut augmenter le risque de saignement chez les patients prenant de la warfarine et d'autres antagonistes de la vitamine K. Les patients prenant des antagonistes du paracétamol et de la vitamine K doivent être surveillés pour une coagulation appropriée et des saignements. Flucloxacilline: La co-administration de flucloxacilline et de paracétamol peut entraîner une acidose métabolique chez les patients présentant des facteurs de risque d'épuisement du glutathion. Cytotoxique: Inhibition possible du métabolisme intraveineux du busulfan (la prudence est recommandée dans les 72 heures suivant l'utilisation du paracétamol). Dompéridone: augmentation de l'absorption du paracétamol. Médicaments hypolipidémiants: réduction de l'absorption du paracétamol avec la cholestyramine. Métoclopramide: augmentation de l'absorption du paracétamol (augmentation de l'effet). Interactions liées à la pseudoéphédrine : En raison de la possibilité de réactions graves, l'administration simultanée de pseudoéphédrine et de: inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAOI) (voir section 4.3). Les inhibiteurs de la monoamine oxydase sont utilisés en thérapie comme: - les antiparkinsoniens (tels que la sélégiline ou la rasagiline); - les antidépresseurs (tels que l'isocarboxazide, le nialamide, la phénelzine, la tranylcypromine, l'iproniazide, l'iproclozide, le moclobémide et la toloxatone); - antinéoplasiques (comme la procarbazine). L'utilisation concomitante de pseudoéphédrine et d'IMAO peut déclencher une crise hypertensive sévère (hypertension, hyperpyrexie, maux de tête). L'utilisation de la pseudoéphédrine est également contre-indiquée chez les patients qui ont arrêté le traitement par IMAO depuis moins de deux semaines. - dihydroergotamine: la combinaison des deux médicaments peut provoquer une augmentation dangereuse de la pression artérielle. En raison des effets éventuels provoqués par leur interaction, l'association de la pseudoéphédrine avec certains médicaments n'est possible que sous la stricte surveillance du médecin qui évaluera le rapport bénéfice / risque dans le cas individuel. N'utilisez VIVINDUO FEVER AND NASAL CONGESTION que sous étroite surveillance médicale lorsque vous êtes déjà sous traitement par l'un de ces médicaments: - linézolide: la combinaison des deux médicaments peut provoquer une augmentation de la pression artérielle; - méthyldopa: réduction de l'effet antihypertenseur de la méthyldopa; - midodrine: augmentation de l'effet hypertenseur de la midodrine. En raison de la présence de pseudoéphédrine, éviter l'association avec d'autres sympathomimétiques (risque d'épisodes hypertensifs) ou avec la guanéthidine (annulation de l'effet antihypertenseur). Orange amère: l'orange amère (également appelée melangolo) peut déclencher une crise hypertensive sévère (hypertension, hyperpyrexie, maux de tête) chez les patients prenant de la pseudoéphédrine.

Surdosage

Paracétamol En cas de prise accidentelle de très fortes doses de paracétamol, l'intoxication aiguë se manifeste par une pâleur, des nausées, des vomissements, une anorexie et des douleurs abdominales qui apparaissent généralement dans les 24 premières heures suivant un surdosage de paracétamol. Chez l'adulte, la dose quotidienne maximale de paracétamol est de 3 g; au-dessus de cette limite, il existe un risque d'hépatotoxicité dose-dépendante. Les nausées et les vomissements, les seuls signes précoces d'intoxication, disparaissent généralement dans les 24 heures. La persistance au-delà de cette période, souvent associée à une douleur sous-costale du flanc droit ou à une hyperesthésie, peut indiquer le développement d'une nécrose hépatique. Les lésions hépatiques sont au maximum 3 à 4 jours après l'ingestion et un surdosage d'acétaminophène peut provoquer une cytolyse hépatique pouvant entraîner une insuffisance hépatocellulaire, une acidose métabolique, une encéphalopathie, une hémorragie, une hypoglycémie, un œdème cérébral, un coma et la mort. Par conséquent, malgré l'absence de symptômes précoces significatifs, les patients qui ont pris une surdose de paracétamol doivent être transportés d'urgence à l'hôpital. Des élévations des transaminases hépatiques, de la lactate déshydrogénase et de la bilirubine accompagnées d'une diminution des taux de prothrombine peuvent survenir 12 à 48 heures après un surdosage aigu. Un surdosage peut également entraîner une pancréatite, une insuffisance rénale aiguë et une pancytopénie. Une dose de 10 à 15 g (20 à 30 comprimés) ou 150 mg / kg d'acétaminophène en 24 heures peut provoquer une nécrose hépatocellulaire sévère et, beaucoup moins fréquemment, une nécrose tubulaire rénale. L'administration de charbon actif doit être envisagée si l'on pense que le paracétamol a été pris au cours de la dernière heure en quantités supérieures à 150 mg / kg ou 12 g (cependant, considérez la limite inférieure). L'acétylcystéine protège le foie lorsqu'elle est administrée par perfusion dans les 24 heures suivant l'ingestion de paracétamol. Pseudoéphédrine Les signes / symptômes les plus courants de surdosage de pseudoéphédrine comprennent: mydriase, tachycardie, hypertension, agitation / anxiété, arythmie sinusale, hallucinations, tremblements / hyperréflexie, vomissements; moins fréquemment, une hyperglycémie, une rhabdomyolyse, une insuffisance rénale aiguë sont observées. La plupart des patients n'ont besoin que d'une courte période d'observation à l'hôpital; un traitement pharmacologique est nécessaire dans les cas les plus sévères (par exemple, arythmies, crise hypertensive, convulsions).

Principes actifs

Un sachet de 1,5 g contient: Principes actifs: Paracétamol 500 mg; Chlorhydrate de pseudoéphédrine 60 mg (équivalent à 49,15 mg de pseudoéphédrine). Excipients à effets connus: Sorbitol (E420): 95,2 mg Saccharose: 388,1 mg Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

Excipients

Saccharose, arôme de citron, acide citrique anhydre, sorbitol, sucralose, polysorbate 20, colorant rouge de betterave, colorant riboflavine phosphate de sodium.

044921029
12 Produits

Modes de paiement

Modes d'expédition

chat Commentaires (0)

Avis Avis (0)

Basé sur 0 Avis - 0 1 2 3 4 0/5